baoune
Dahiratoul Moustarchidine Wal Moustarchidaty Abonnez-vous à la chaine vidéo Youtube, et accéder aux ressources complètes du DMWM Suivre sur Facebook Suivre sur Twitter Logo Dahiratoul Moustarchidine Wal Moustarchidaty Dahiratoul Moustarchidine Wal Moustarchidaty
Publications

Citation

Le Livre Sacré de Dieu

Le Livre Sacré de Dieu ne contient pas seulement nos devoirs, les règles et façons de nous dévouer au Tout-Puissant. Il contient en substance comme un plan, un guide, une succession chronologique de tout ce que l'être humain a déjà tenté, tout ce qu'il a réussi et tout ce que son esprit peut fouiller dans l'insondable univers.

Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy

Ecrits et essais

Web social

Université du Ramadan: résumé du second cours du Responsable moral

Le responsable moral des moustarchidines Serigne Moustapha SY a effectué ce samedi 14 août 2010 sa deuxième sortie, dans le cadre des universités du ramadan. Après le cours d’ouverture, Serigne Moustapha a poursuivi la réflexion sur le thème central : le cercle du pouvoir : une légitimité divine ou une légalité constitutionnelle ?
Pour cette sortie, il est revenu sur la nécessité d’une cohabitation entre les pouvoirs spirituels et temporels. Dans ce contexte de crise générale et généralisée, il arrive dit-il que la religion manifeste des limites dans la résolution de certains problèmes, alors elle n’hésite pas à solliciter l’intervention d’autres forces.


Abordant le renversement de situation, qui explique le passage du califat au pouvoir, le marabout explique qu’on ne peut parler d’un événement historique sans au préalable faire allusion à ce qui constitue son avènement, ainsi, il part du prophète Moise qui, à défaut d’avoir des enfants, s’est fait succédé par son frère Harouna  (Aron) pendant plus de 400 ans. Pendant cette période, se produisirent toutes sortes de déviances, de sédition qui exposent les apôtres à une situation insupportable.
Ne pouvant plus résister à cette situation, ils demandent à un prophète de leur trouver un  roi qui leur sert de chef de guerre.
C’est pour éviter qu’une telle situation se produisit que fut instauré au sixième siècle de l’ère chrétienne le célibat des prêtres ; car après la disparition de Jésus Christ, on a voulu faire du clergé un legs de famille, ce qui poussa les cardinaux à décréter
l’interdiction du mariage, et quiconque parmi les membres de l’église meurt sans laisser des enfants, ses biens matériels reviennent à l’église.
Dans le même ordre d’idées, le responsable moral revient sur le passage du califat au pouvoir en évoquant les propos du prophète Mouhammad selon lesquels, après lui, le califat ne dépassera pas 40 ans (d’ Abou Bakr à Ali), après ces quatre califes éclairés, c’est l’avènement du pouvoir, avec ses contre- coups sociaux et politiques. Cette mouvance  inaugure la période des Omeyyades, remplacés par les Abbassides, puis vinrent les Fatimides et les Uthmanides.
Expliquant l’hégémonie occidentale sur les musulmans, le conférencier avance que les musulmans sont entrés dans l’histoire par la grande porte mais vu leur passiveté et leurs querelles  internes, on ne les reconnaît maintenant que par leur situation géographique. Et dans cette situation de déclin, Moustapha Kamal a une grande part de responsabilité. Ce dernier, quand fut sonné le glas de l’empire Ottoman, a servi de pion, aux Occidentaux pour mieux faire prévaloir leur suprématie sur les pays musulmans, il introduisit des changements néfastes dans la religion musulmane.
Après lui, les Occidentaux passent  par le nationalisme en utilisant comme allié Habib Bourguiba de la Tunisie qui à son tour exerça une influence néfaste sur la religion musulmane. Ce retard des musulmans s’explique entre autres par une crise de foi ; la foi, qui est un gage de sécurité en toute situation. El’hadj Malick Sy disait : «  je suis devenu un roi sans palais, l’honnêteté est mon palais, les vertus, mes gardes du corps ».
Dans le chapitre de la problématique de la collaboration entre les pouvoirs spirituels et temporels, Serigne Moustapha SY évoque le rapprochement entre le prophète Souleymane (Salomon) et Balkhis (Reine de Saba). Dans ce cadre, il évoque le complexe de supériorité dont a fait montre  la Reine de Saba face à l’empressement du prophète Salamon qui déjà voulait la prendre comme épouse. A suivre…