baoune
Dahiratoul Moustarchidine Wal Moustarchidaty Abonnez-vous à la chaine vidéo Youtube, et accéder aux ressources complètes du DMWM Suivre sur Facebook Suivre sur Twitter Logo Dahiratoul Moustarchidine Wal Moustarchidaty Dahiratoul Moustarchidine Wal Moustarchidaty
Publications

Citation

L'Islam, un tremplin

 L’Islam n’est qu’un tremplin, et le plus sûr pour guider l’humanité vers le salut.

 Cheikh Ahmed Tidiane Sy

Ecrits et essais

Web social

LES CONFERENCES DE LA 13ème édition des Universités du Ramadan : Quatrième cours du Responsable Moral

Chers frères en Dieu
Tels sont les versets de Dieu et les hadiths de la pure tradition du prophète (PSL) côte à côte.Tels sont les propos de Dieu dans leur vérité authentique qui jurent avec les propos des hommes faits d'approximation et d'inexactitude. Son Coran est guidance et rappel pour  les croyants tandis que « notre Coran » se résume à une simple opération de récital et de psalmodie avec ce que cela comporte d’oubli de dénaturation, de rajout, d’omission,  de paresse et de négligence.
‘’O vous qui croyez, pourquoi dites-vous ce que vous ne faites pas ? C'est une grande félonie, auprès de Dieu, que de parler et de ne pas agir.’’
‘’Que de fois a-t-on vu un homme enturbanné  montant sur une mulâtre chevauchant une mulâtre’’.



« Ceux qui ont été chargés de la Thora mais qui ne l’ont pas appliquée sont pareils à l’âne qui porte des livres ».
‘’Ne méditent-ils pas sur le Coran ? Ou y a-t-il des cadenas sur leurs cœurs ?’’ 
J'ai vécu sous « l'ombre du Coran » et j'observais de loin la ‘’jahiliya’’ devenue monnaie courante dans le monde. Je regardais les hommes dont l'attention est absorbée par cette ‘’jahiliya’’ à l’image d’un adulte qui observe des gamins plongés dans leur enfantillage.
J'ai vécu sous « l'ombre du Coran » méditant sur ce merveilleux tableau synoptique de l’existence, cette maquette du monde, et qui permet de mesurer le degré d’acuité de la ‘’jahiliya’’ transformée en mode de vie dans les quatre coins du monde.  Face à ce paradoxe épatant, je ne pouvais pas manquer de me poser la question de savoir comment les hommes pouvaient-ils tomber aussi bas dans les dédales de la turpitude, alors qu'ils avaient à leur disposition cette échelle toute faite de lumière qui leur permet de se hisser aux horizons les plus élevés.
J'ai vécu sous l'ombre du Coran et je me suis rendu compte que ce monde ne se limite pas à son aspect matériel ; c'est un monde qui englobe deux sous-mondes sensible et intelligible, ici bas et l'au delà. Dès lors, la mort ne peut pas être considérée comme la fin du trajet, mais plutôt comme une étape du voyage et la providence que l’homme reçoit ici bas n'est qu'une infime partie comparée à ce qui l'attend dans l'autre monde.   Sachant que tout ce qu’il n’a pas pu obtenir ici il l'aura immanquablement là bas.
Conscient l'homme a fait de la foi sa patrie et ses coreligionnaires sa tribu et  son peuple.

’’Les croyants ne sont que des frères. Établissez la concorde entre vos frères, et craignez Dieu, afin qu’on vous fasse miséricorde.’’

Mais les croyants ne doivent pas se réunir autour de cette fraternité à l’image un troupeau de bétail qui prend d'assaut "un pâturage pour en faire ensuite un foin sombre". Le croyant est plutôt membre dune auguste famille qui a résisté aux vicissitudes de la vie et aux injures du temps. Il appartient à cette procession dont les têtes de fil ont été successivement : Noé, Abraham, Ismaïl, Isaac, Jacob, Joseph, Moise, Jésus et Muhammad (PSL).

« Cette communauté, la vôtre, est vraiment une seule et même communauté, et Moi, Je suis votre Seigneur ! Craignez-Moi donc! »

Cette procession a fait face à tous les défis liés à l'évolution du temps, aux changements de générations et à la diversité des milieux. C'est une procession qui a eu à faire face à des situations changeantes et à des crises multiformes, elle s'est confrontée à l'errance, à la tyrannie de la passion, à l'inquisition et à l'injustice. Elle en a vu de toutes les couleurs : de la torture à l’exil en passant par la persécution. Mais elle a toujours été stoïque devant tant d'épreuves, continuant tranquillement son chemin.  

« Les mécréants dirent à leurs envoyés : " Nous vous chasserons de notre pays, à moins que vous ne reveniez à notre religion ". Leur Seigneur révéla alors aux envoyés : " Nous ferons périr les iniques, et Nous vous établirons ensuite dans leur pays : tel est le lot réservé à quiconque craint Ma grandeur et redoute Ma menace. »

Les hommes sont faits par Dieu par conséquent on ne peut guérir leurs maladies ou apporter de remèdes à leurs pathologies que par des panacées provenant de Dieu.

’’Nous faisons descendre avec le Coran ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants, mais pour les iniques cela ne fait qu'accroître leur perte.’’
Mais pourquoi l’homme refuse-t-il,  cette fois-ci, de rendre les sésames à leur artisan comme il a l'habitude de faire avec les matériels et appareils qu’il utilise quotidiennement ? Il n’hésite pas à faire appel à l’ingénieur de l’usine qui les a confectionnés chaque fois qu’ils tombent en panne.

« Il connaît bien le contenu des poitrines. Ne connaît-Il pas ce qu’Il a créé alors que c’est Lui Compatissant, le Parfaitement Connaisseur ».

En effet, l’lslam a pris les commandes du monde après que celui-ci ait longtemps sombré dans la déliquescence entre les mains de dirigeants incapables d’orienter les hommes et de les extirper des affres des calamités qui ont touché mers et continents.  Mais la grande sédition est réapparue lorsque l’Islam a été éloigné du commandement favorisant la rechute du monde dans les méandres de la ‘’jahiliya’’.

‘’Ainsi faisons-Nous alterner les jours (bons et mauvais) parmi les gens.’’

L'écrasante majorité des civilisations qui gouvernent aujourd'hui le monde reposent sur le luxe. Et le luxe dans son acceptation matérielle a toujours été synonyme de dérapage et d’égarement, or ‘’le bon chemin s’est distingué de l’égarement’’ nous apprend le Coran.
‘’Dieu vous met en garde à l’égard de Lui-même’’.
Ces versets sus mentionnés  ont sonné le glas de toutes ces civilisations qui sont tombées en déchéance spirituellement, culturellement et moralement. Les psychologues auraient parlé de philosophie de chute qui trouve son déclencheur dans la trilogie : ‘’Moi, Ma et Je".
Et le prophète de renchérir : ‘’méfiez vous de l'usage de ces trois mots à l'égard de Dieu’’. C'est d'ailleurs tout le sens du verset suivant :
"Celui-ci est MON frère : il possédait quatre-vingt-dix-neuf brebis, et MOI, Je n'avais qu'une seule brebis. Il me dit un jour : "Confie-la-moi" et il eut le dessus dans la dispute ! "
David dit : " Il t'a lésé en te demandant ta brebis pour l'ajouter aux siennes ". Certes, beaucoup d'associés se causent des torts réciproques.( ?)
Un grand philosophe d'Occident a d'ailleurs reconnu les errements de leurs systèmes quand il dit : "Il est clair aujourd'hui que la science et la technologie constituent au moins la moitié de notre culture. Mais une bonne partie de notre production scientifique a été réalisée sous le coup de l'improvisation sans aucune prospection sérieuse. Cela veut dire en d'autres termes que notre capacité à changer le monde a fonctionné suivant un rythme beaucoup plus rapide que notre capacité à le comprendre et à l'interpréter. Ce qui fait que nous parvenons très souvent à diagnostiquer les problèmes sans être en mesure d'en apporter des solutions appropriés.
Nous avons beaucoup d’ambitions mais nos capacités sont limitées. Et le problème est très sérieux pour être résolu par la simple élaboration de programmes ou par l’agitation de slogans.
Nous devons aujourd’hui nous débarrasser  de tous les aspects superficiels de notre civilisation dont tous les clignotants sont aujourd’hui au rouge pour  nous avertir de  la chute des fondements de l’humanisme et de l’effondrement des valeurs morales.
Ce qu’il faut dès maintenant, c’est  une refonte de notre héritage spirituel car  il est aujourd’hui avéré que les découvertes scientifiques ne suffisent pour résoudre les problèmes de l’humanité. Il ne s’agit d’apporter des idées neuves et des expériences innovantes, il s’agit de révolutionner radicalement le système éducatif conçu pour nos enfants.

Ces propos du philosophe, démontrent que l’erreur de notre système c’est d’avoir fait de l’instruction un luxe et non une nécessité.
« Rien ne peut se construire chez un peuple dès que son système de valeurs tombent en ruine. »
Cela démontre que l’implantation des vertus et l’extirpation des vices sont une technique spéciale qui ne s’acquiert pas à travers les discours.
Le nœud du problème réside dans la grande disparité et l’inégalité criarde entre les hommes et ce dans tous les domaines : richesse, influence, intelligence, talent, don. Et tant qu’il y a des opprimés et des laissés pour compte au nom de la civilisation, il ne peut y avoir de stabilité. Et l’injustice peut venir aussi bien d’en haut que d’en bas.

‘’Lorsque Nous avons voulu détruire une cité, Nous avons d'abord lancé un ordre [d'obéissance] à ses habitants opulents, mais ils s'y sont livrés à des perversités. Alors s'est accomplie la parole prononcée contre elle, et Nous l'avons détruite de fond en comble.’’

Si nous vivons l'ère  de la cohabitation  entre les écoles et les contingences il n'en demeure  pas moins que  la  question est loin d'être un problème de modernisation et de pensée. Elle est   un problème d'enracinement  qui  a toujours été garant de la vitalité de l'héritage islamique  à travers ses deux principales sources à savoir  le Coran et la Sunna.
La sagesse est certes le trésor caché du croyant mais son application pratique   doit reposer sur la sagesse divine qui a fait de Mouhammad  l’Envoyé qui récite les versets de Dieu, purifie les âmes et enseigne le Livre et la Sagesse. Cette sagesse qui a favorisé la cohabitation exemplaire entre Salaman le persan, Souhaib le byzantin et Bilal l’abyssinien autour du prophète. Ainsi, toutes les civilisations du monde ont répondu favorablement à l'appel de la civilisation islamique.


"Nous avons facilité la récitation du Coran dans ta langue, afin que, par lui, tu annonces la bonne nouvelle à ceux qui craignent Dieu et que tu avertisses les entêtés".