baoune
Dahiratoul Moustarchidine Wal Moustarchidaty Abonnez-vous à la chaine vidéo Youtube, et accéder aux ressources complètes du DMWM Suivre sur Facebook Suivre sur Twitter Logo Dahiratoul Moustarchidine Wal Moustarchidaty Dahiratoul Moustarchidine Wal Moustarchidaty
Publications

Citation

Le Verbe

Maitriser le Verbe de sorte qu'Il reste le fondement du dialogue, dialogue entre Créateur et créature et, dialogue entre les hommes, dialogue entre la société et la nature ; mais que ce dialogue soit authentifié par une action concrète et parfaitement réaliste.

Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy

Ecrits et essais

Web social

« GRANDEUR » de la France

Dakar, le 18 Mai 1994



    Ababacar SY dit : « On a fait de nous des «pétainistes» ; nos petits-enfants ont chanté la gloire du Maréchal. Et l’on nous apprend ensuite avec surprise que c’est DE GAULE qui est le nouvel élu – il faut donc cesser d’aimer le chef hiérarchique de celui-ci. Et la France dans tout cela ?».

    Chez nous, pour dénoncer les fraudes électorales, l’opposition a crié au scandale ! Maintenant, cette même opposition semble s’accommoder peu à peu de ce vol et de ces fraudes. Que faut-il déclarer donc sinon qu’il y a là une mauvaise manière de croire en Dieu et aux vertus de la Démocratie !

   

L’opposition ne doit nullement manquer de courage. Bien au contraire, elle doit avoir la détermination de transformer chacune de ses organisations en centre de décision – cela permettrait, dans les jours à venir, la formation d’un gouvernement d’union pour et en l’honneur de ceux qui, sans aucun doute, ont remporté les scrutins de 1993.Peut-etre d’ici là, le Poète-Président disposerait du temps nécessaire pour quitter les lieux de son exil et venir mettre un peu d’ordre dans son camp. Tout le monde lui souhaite d’accomplir cet acte – bien qu’exigeant un sacrifice énorme – afin que le pays sorte de Sa Honte et de Son Isolement. Il ne s’agit pas là d’un problème politique ou religieux dans le sens folklorique du terme. Il s’agit plus précisément d’un problème beaucoup plus important, celui de la Légitimité : que chaque citoyenne et chaque citoyen soit respecté dans ses choix et confirmé dans ses espérances. Il ne faut donc pas que l’on nous retarde davantage...

    Et nous constatons aussi qu’il n’est plus donné aux Grandes Puissances la possibilité objective de faire un choix quelconque. Chacune d’elles agit en fonction de ses propres illusions, parce que ne sachant plus quoi faire. Les intérêts, eux, restent toujours ce qu’ils n’ont cessé d’être : des intérêts tout court ! C’est-à-dire un veau d’or qui cherche frénétiquement sa nourriture dans un amas de détritus et de déchets toxiques. Mais ce sont les hommes qui, faute de condition, deviennent de plus en plus une autre race. Et quelle race! N'est-il pas dégradant pour l’être humain d’être moins vertueux que son environnement. Que les Français soient d’accord ou non, cela importe peu. La France, elle, est toujours présente là où la « vérité » se manifeste.

    « Ma cousine m’a écrit, pour me dire ceci ou cela...» Mais par les temps qui courent, les cousines ne font plus les grands chefs, ce sont les peuples, guidés par la Conscience Universelle, qui font les grands dirigeants. Le Continent Noir n’a plus besoin de «nourrisson» bercé par les cousinettes pour résoudre les graves problèmes qui préoccupent ses enfants.

    Sûrement, les héritiers de SENGHOR qui, devant Dieu et en me prenant pour témoin, avaient juré que les élections de 1993 se dérouleraient dans la transparence, ne savaient pas encore que le PDS exigerait le dépôt aux présidentielles de la candidature de son leader, Maître Abdoulaye WADE. Pour ces héritiers, la Démocratie n’est qu’au bout des fusils... Mais je pense que Maître Abdoulaye WADE n’a nullement le droit de dire NON à la majorité des dirigeants de Son Mouvement. 

    Quand on jure devant Dieu et en prenant sa conscience pour témoin, on doit au moins respecter sa parole. On dirait que dans ce pays des DAMELS et des ALMAMY, le pouvoir politique est devenu quelque chose d’essentiellement héréditaire, mais ce qu’il faut retenir c’est que nous ne sommes plus à l’époque des « CARPOT ».

    J’adore cette expression : « MITTERAND appartient désormais à l’Histoire, MANDELA, lui, doit se tourner vers l’Avenir... Si les rôles sont inversés, c’est la fin de l’un comme de l’autre ! »




Serigne Cheikh A. Tidiane SY